Penser créer l'urbain
 

Médiation culturelle

Mobiliser la médiation culturelle comme méthode de connaissance et d’action

Les divers ateliers publics du Forum ont été conçus, organisés et animés par une équipe interdisciplinaire (sociologie, design, histoire de l’art) de chercheurs de l’UQAM et de l’Université de Montréal ainsi que par des organismes d’innovation sociale aguerris aux techniques de médiation et fins connaisseurs des quartiers limitrophes au site Outremont et futur Campus MIL (Exeko et Mise au jeu) ; ils ont été réalisés en collaboration avec la commissaire à la médiation culturelle de la Ville de Montréal. L’objectif de ce Forum a été de constituer, sur deux journées, une communauté créative qui, partant des savoirs des citoyens, a rebondi sur la réflexion déjà documentée sur les campus urbains intégrés et l’a enrichi des actions transformatrices effectuées (théâtre forum, ateliers de médiation, marches commentées dans les quartiers, vox pop, cartographie dirigée, co-design prospectif sur des scénarios d’économie circulaire…).

Les ateliers de médiation (théâtre forum, vox pop, séance d’idéation) imaginés par le collectif MédiaAction – formé par divers acteurs du projet (chercheurs, étudiants, médiateurs) – ont permis d’expérimenter, par les déplacements créatifs que favorisent la mise en situation corporelle et les ressources du jeu, les conditions et le potentiel d’un dialogue entre les divers acteurs locaux (des campus comme ceux des quartiers) avec pour objectif de rendre possible de futures initiatives et projets communs. Par ailleurs, l’une des propositions (la création d’un zine comme outil de médiation culturelle) a été élaborée, dans le cadre du cours de maîtrise et doctorat créé à l’occasion du projet et intitulé « Les démarches de recherche dans l’espace urbain ».

Les méthodologies de recherche collaborative et participative mobilisant la créativité mises en œuvre pendant le Forum citoyen sont ici présentées dans leurs potentialités et leurs limites par deux des médiateurs professionnels impliqués dans le projet, William-Jacomo Beauchemin et Luc Gaudet. Deux organismes (Mise au Jeu et Exeko) ont en effet collaboré dans le cadre de ce projet, et ceci avec trois objectifs communs : tester des méthodologies de recherche collaborative et participative mobilisant la créativité ; réaliser une collecte ouverte de savoirs citoyens permettant l’instigation d’un dialogue ; et, contribuer à la mobilisation citoyenne.

À partir de l’observation des discussions tenues lors du Forum et des fiches d’évaluation anonymes remises par les participants, Ève Lamoureux propose une « analyse mitigée » de l’arrivée du campus. Se concentrant sur la collecte de savoirs citoyens permettant l’instigation d’un dialogue, elle présente les enjeux identifiés par les habitants des quartiers rencontrés lors des activités de médiation ou ayant participé au Forum et suggère des pistes de solutions pour contrer les « effets pervers liés à l’arrivé du campus ».

Julie Bruneau et Philippe Doyle-Gosselin réfléchissent à leur tour sur les forces et les limites des stratégies adoptées lors des ateliers de médiation. Ils présentent leurs remarques en prenant en compte le double mandat qu’ils ont adopté dans le cadre de ce projet : comme chercheurs d’abord, en documentant le processus de recherche tout en y prenant part, dans la logique de l’observation participante ; et, comme participants impliqués au processus de co-création et de mise en œuvre des activités des médiation ensuite.

Partant du constat selon lequel les citoyens sont peu informés quant au projet du futur campus, Véronica Gomez et Véronique Granger se sont interrogées sur la manière de renseigner les résidents sur la question. Inspirées des expériences de médiation culturelle, les deux étudiantes proposent ici un zine – créé à partir d’entretiens avec des femmes de Parc-extension et destiné à celles-ci – comme nouvel outil de médiation à la croisée des arts et de l’action citoyenne.

Pour finir, Danièle Racine, commissaire à la médiation culturelle de la Ville de Montréal, revient également sur cette expérience comme modèle d’action culturelle et philosophie inclusive. Les activités de médiations du Forum citoyen sont ici mises en perspective dans le cadre des projets mis en œuvre par la Ville de Montréal afin de favoriser l’accès à la culture par des rencontres et des échanges entre citoyens, chercheurs et créateurs, faisant de la ville un espace de dialogue et d’innovation culturelle ; mais aussi comme « chemins de traverse » permettant « de concevoir des territoires renouvelés ».